Home / Afrique / Exporter vers l’incontournable Maghreb.

Exporter vers l’incontournable Maghreb.

Si on exporte déjà vers la plupart des pays de la CE , on va pouvoir attaquer le « grand-export » par ce qui est vraisemblablement le plus « accessible », le Maghreb!

Car, on ne peut pas passer à coté de cette zone! Dans cette partie de l’Afrique qui compte plus de 85 millions d’habitants,  qu’est-ce qui pourrait  ou devrait   déterminer pour l’investisseur le choix de l’implantation, d’une structure industrielle, commerciale ou touristique ?

Economiquement parlant ces trois pays ont un PIB nominal de plus de 370 milliards de dollars (Algérie 214 milliards de dollars, Maroc 109 milliards de dollars, Tunisie 49 milliards de dollars), soit plus ou moins le PIB des Emirats Arabes Unis, de la Colombie ou de l’Afrique du Sud !

Région de contrastes  

Tout d’abord, Il ne faut surtout pas oublier que la fin de l’année 2015, a été très volatile et chaotique économiquement, financièrement et aussi  instable politiquement. Cela bien sûr, n’incite pas particulièrement à investir dans les pays émergents dont le Maghreb. Mais les investisseurs devant  toujours avoir une vision R O I (Return On Investment) plus il y a de risques,  plus le retour sur investissement devra être court, on peut parler de 3-4 ans maximum. Un risque anticipé et mesuré, n’est plus vraiment un risque!  Enfin, vous devrez aussi faire de plus en plus référence par obligation, à l’éthique et/ou au politiquement correct, quelquefois en décalage avec la réalité locale. 

Lorsque qu’on parle d’investissements, on parle de franchise, de délocalisation partielle d’une activité commerciale ou industrielle ou de nouvelle implantation pour satisfaire un marché local et régional. Vos investissements dépendront également de la qualité des infrastructures, du cout des matières premières locales, de la qualité et de la stabilité du cout des ressources humaines, des transports et enfin des débouchés locaux ou régionaux.

Enfin, et, surtout,  fuyons les risques de chocs sociaux, économiques et, ou politiques non anticipés….

 

1-Algérie :

40 millions d’habitants, un PIB nominal de 214 milliards de dollars, un PIB PPA Parité de Pouvoir d’Achat de 551 milliards de dollars, soit un PIB PPA par habitant de 14.259 $ et un taux de chômage officiel de 10.6%. Enfin l’Algérie a une dette publique de 9 % du PIB.

La capitale Alger est certainement la ville la plus peuplée d’Afrique (à comparer à Lagos) et le pays est aussi le plus grand en superficie d’Afrique & du monde Arabe.

Comme on le sait tous, Le sud de l’Algérie possède les gisements d’hydrocarbures parmi les plus importants du monde.

Enfin, l’Algérie est une république.

De par la jeunesse de sa population, l’Algérie est un énorme marché potentiel pour le B to C .

2-Le Maroc :

 34 millions d’habitants, un PIB nominal de 109 milliards de dollars, un PIB PPA Parité de Pouvoir d’Achat de 252 milliards de dollars, soit un PIB PPA par habitant de 3.300 $ et un taux de chômage officiel de 9.1%. Enfin le Maroc a une dette publique de 64 % du PIB.

Le Maroc est un pays avec une agriculture organisée, un secteur touristique très performant, et des zones franches qui attirent de nombreuses entreprises industrielles, et récemment financières.

Enfin Le Maroc est un royaume, dont le régime politique est une monarchie constitutionnelle.

Le Maroc est devenu assez discrètement le HUB de l’Afrique Sub-saharienne. Ne vous y trompez pas,  demain une partie importante du business africain y compris les activités financières, et  numériques,  passeront par le Maroc.

Enfin, et cela est inquiétant,  la France est passée de 20% de parts de marché dans les années 2000 à environ 13 à 14% aujourd’hui . Les entreprises espagnoles, plus dynamiques, moins chères, ont en effet  damé le pion aux françaises depuis trois ans. Madrid est ainsi devenu le premier partenaire commercial du Maroc. Récemment on a même vu la France affiché un déficit commercial avec le Maroc !

3-La Tunisie :

 11 millions d’habitants, un PIB nominal de 49 milliards de dollars, un PIB PPA Parité de Pouvoir d’Achat de 125 milliards de dollars, soit un PIB PPA par habitant de 11.400 $ et un taux de chômage officiel de 10.6%. Enfin la Tunisie a une dette publique de 59 % du PIB.

Après avoir été une monarchie constitutionnelle, la Tunisie est une république depuis 1957.

Au cours des dernières années,La Tunisie a subi de nombreux « évenements » mais,aujourd’hui comme hier,  la « Tunisie des villes » est restée très « occidentalisée, la Tunisie des champs (agriculture) quant à elle, est  restée,  très travailleuse, il n’y a que ce secteur d’activité qui ai retrouvé son niveau d’avant la néo-révolution. Enfin, l’avenir de son puissant voisin La Libye, influencera fortement le devenir de ce pays, ne l’oubliez pas !

Maintenant mettez-nous à la place de l’ investisseur !

1-Voulez vous « out-sourcer » ou délocaliser une partie de votre production !

-Si les produits sont commercialisables (bien de consommation) sur place, il choisira éventuellement le pays avec la plus forte population.

– Si les produits sont des sous-ensembles, (biens d’équipements) il choisira éventuellement le pays avec la main d’œuvre la plus qualifiée, la moins contestataire, et les couts de transport les plus faibles, la stabilité politique sera aussi un élément clef !

2-Voulez vous  pénétrer le marché local (biens de consommation).

-Chaque pays présente des avantages et des inconvénients, la décision dépendra de la jeunesse de sa population, de la stabilité des couts salariaux, et enfin de la fiscalité !

3-Voulez vous pénétrer le marché local (biens d’équipements, voiture, électroménager).

La décision dépendra de la stabilité politique, du poids de la bureaucratie,  et enfin de la fiscalité & incitations/aides, car le R O I sera plus long.

4-Voulez vous investir dans le tourisme.

Tourisme de masse : il est quasiment impossible d’assurer la sécurité d’un tourisme de masse.

Tourisme des élites et tourisme médical : vu que cela concerne un faible nombre de personnes, il est plus facile d’assurer la sécurité, la performance du service fera la différence.

Conclusion

Pour un seul nom Maghreb, nous avons trois pays avec des positionnements, culturels, économiques, totalement différents. Chacun avec ses qualités et ses points faibles, le plus important serait que chaque pays prenne conscience de cela, et travaille à améliorer son positionnement, en se posant les questions suivantes :

    • Pouvons-nous attirer des implantations industrielles pour des produits destinés à l’exportation?
    • Pouvons-nous attirer des implantations industrielles pour des produits destinés au marché local & régional ?
    • Pouvons-nous faire revenir ou augmenter le nombre de touristes dans les 2-3 années qui viennent ?
    • Pouvons-nous augmenter le nombre de VIP et de touristes « médicaux » dans les 2-3 années qui viennent ?

Enfin, ne soyons pas utopistes, il est clair que lors d’organisations de rencontres,  de salons, conventions & « road-shows » au Maghreb , souvent, seul les organisateurs  de ces  road-shows en tirent profit.

Et souvenez vous que,

Le touriste ne revient jamais rapidement, et encore moins le tourisme « d’élite » ou touriste médical, tout prend énormément de temps !

D’autres informations sur :

http://www.bernard-jomard.com

Check Also

Cout des faibles taux d’intérêts

Cout des faibles taux d’intérêts C’’est l’Allemagne avec ses 600.00O employés bancaires qui a été ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *