Home / Afrique / Exporter c’est facile, nouveaux pays prometteurs !

Exporter c’est facile, nouveaux pays prometteurs !

Le consensus,  nous avait beaucoup vanté les BRICS. Aujourd’hui le Brésil & la Russie sont en profonde récession, l’Inde semble mieux se porter mais peut-on se fier à ses statistiques totalement déconnectés des statistiques de consommation d’énergie et de fret. Quant à la Chine son économie a fortement ralentit. Enfin,  L’Afrique du Sud a des fondamentaux sains, (son PIB est équivalent à celui des trois pays du Maghreb),mais la croissance dans les prochaines années devrait être faible, car on voit mal, ce qui pourrait la stimuler .

 La question à se poser  aujourd’hui est donc :

 

Quels autres pays peuvent offrir de bonnes perspectives aux entreprises.

Jusqu’à très récemment le consensus nous affirmait que lorsque les grands pays émergents allaient mal, c’est l’ensemble de l’économie mondiale qui toussait.

Il nous faut rappeler que le consensus est plus souvent faux que vrai. On appelle cela le « paradoxe du consensus ». Il devrait pourtant être clair pour nous tous, que le conformisme  prévalant sur les prévisions ne produira jamais des résultats intéressants. Car, bien sûr,  le consensus est formulé autour des attentes des investisseurs qui n’en sont à leurs dépens, que plus réceptifs, donc méfiez vous du consensus!

Il faut tout de même rappeler, qu’aux cours des 25 dernières années, la Chine a été le  principal moteur de la croissance mondiale. En effet la croissance chinoise a représenté un tiers de cette croissance mondiale. Enfin lorsque la Chine s’enrhume de nombreux pays dont le Brésil et la Russie  toussent.

On pourrait donc résumer tout cela en conseillant aux entreprises de s’intéresser aux pays, n’ayant pas fait l’objet d’un engouement particulier (consensus) au cours des 10 dernières années !

A-Europe :

 

Quatre pays devraient avoir dans les années qui viennent,  un taux de croissance proche de 4%, donc bien supérieur à celui de l’Europe de l’Ouest. Il s’agit de La Hongrie, de la Pologne, de la République Tchèque et de la Slovaquie. Ces quatre  pays,  importateurs nets de matières premières et de pétrole, vont bénéficier de la baisse des cours. Grace à cet impact positif, grâce à la qualité de leur main d’œuvre bien éduquée, et,  grâce à  une excellente « work ethic », leurs économies vont devenir de plus en plus compétitives. Cela permettra de nombreuses créations d’emplois, qui généreront bien sur, une augmentation de la consommation des ménages. Si nous restons sur le même « trend » Il  est probable que le PIB par habitant de ces quatre pays,  s’approchera dans dix ans  de celui de l’Espagne et de l’Italie et dépassera celui du Portugal.

 B-Afrique :

 

 Il est à peu près certain que quatre pays africains figureront parmi les pays  participant activement à la croissance économique mondiale au cours des dix prochaines années.(en fait cette zone  ne fera que rattraper très progressivement son retard dans de nombreux domaines)

Il s’agit de l’Egypte,de l’Ethiopie, du Kenya et du Nigeria.

En Egypte, la croissance économique s’est établie à 4,2% en 2015,  Aux cours des dix prochaines années dans ce pays la  croissance sera essentiellement tirée par le secteur du logement. On devrait voir aussi de gros  investissements dans les industries exportatrices, c’est-à-dire  l’automobile et l’agroalimentaire.

En Ethiopie la croissance économique était de 10,2% en 2015. Le secteur du Bâtiment  bénéficiera du boom de l’urbanisation, et, le secteur des travaux publics Grace à  la construction d’infrastructures, seront  les moteurs de la croissance. Les secteurs textiles et horticulture vont eux continuer à ce développer grâce à une très bonne intégration des femmes dans le marché du travail.

Enfin l’industrie automobile n’est pas absente de ce pays. Peugeot PSA Citroën a ouvert en juillet dernier une usine d’assemblage de véhicules dans la région du Tigré, à environ 800 kilomètres au nord d’Addis-Abeba. Cette usine d’assemblage va délivrer environ 1 000 unités de Peugeot 301, 208 et 2008 par an destinées essentiellement à l’Éthiopie et à la région de la Corne de l’Afrique.

 Au Kenya, la croissance économique était de 5.6% en 2015. La baisse des prix du pétrole devrait permettre à la première économie d’Afrique de l’Est, de stimuler la consommation et les investissements hors énergie. La croissance de l’économie kenyane sera générée par le commerce de détail,  les projets d’infrastructures, et, les services financiers

Au  Nigeria, la croissance économique n’était que de 2.8% en 2015. Ce pays exportateur d’hydrocarbures, verra  sa croissance tirée essentiellement par la forte croissance de sa population. Les secteurs secondaire et tertiaire devraient bénéficier de ses nouveaux consommateurs-contributeurs. Enfin les services financiers et la grande distribution devraient enregistrer une belle croissance dés 2017.

C-Autres Zones géographiques

 

Parmi les pays prometteurs,  n’ayant pas fait l’objet d’un engouement particulier au cours des 10 dernières années, et qui présentent de belles perspectives il faut citer :

Le Bangladesh, La Birmanie, l’Indonésie, le Pakistan et les Philippines (pour ce pays tout dépendra de la nouvelle gouvernance) . Ces pays feront l’objet d’un prochain billet.

Enfin, nous évoquerons aussi, dans un prochain billet de nombreux pays, présentant déjà de fortes opportunités, pays assez peu prospectés par les entreprises,  Chili, Colombie, Vietnam, etc.

Conclusion

La croissance des 10 prochaines années sera stimulée par l’évolution de la démographie, et,  à trouver dans le secteur du bâtiment, grâce ou à cause de l’urbanisation galopante et dans la construction d’infrastructures.

Enfin, Le modèle de croissance que nous avons connu et qui était  tiré par les prix des matières premières, ce modèle, ne reviendra pas de sitôt, soyez en convaincu !

Plus d’informations sur:

http://www.bernard-jomard.com

Check Also

Cout des faibles taux d’intérêts

Cout des faibles taux d’intérêts C’’est l’Allemagne avec ses 600.00O employés bancaires qui a été ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *