Home / Afrique / Politiques:pourquoi continuons nous à les croire ?

Politiques:pourquoi continuons nous à les croire ?

Dans les pays du sud, toujours plus passionnés, pourquoi, aujourd’hui encore après de très nombreuses désillusions, sommes-nous toujours prêts à croire?

Si un candidat affirme

Moi président de la République, je n’aurai pas la prétention de nommer les directeurs des chaînes de télévision publique, Moi je ferai en sorte que mon comportement soit en chaque instant exemplaire. Moi, je ferais que les ministres ne pourront pas cumuler leur fonction avec un mandat local, Moi je ferai en sorte que les partenaires sociaux puissent être considérés, aussi bien les organisations professionnelles que les syndicats……..

Pourquoi le croyons-nous?

Et, si des leaders nous disent haut et fort

Avec nous, cela ne sera pas une victoire amère, les jeunes ne seront plus délaissés, chacun d’entre vous aura un emploi, et, cela même dans les zones reculées. Il n’y aura plus d’injustice sociale, il n’y aura plus d’impunité pour les puissants, ce sera la fin de l’immobilisme. Tu seras libre, tu n’auras plus à « te taire ».

En fait cela se termine sans surprise par « cause toujours ».

Ou alors, ils nous diront

Avec nous, vous aurez une nouvelle efficacité gouvernementale et enfin une gouvernance éthique!

Alors que sans changement de système politique, on voit toujours les mêmes têtes qui permutent d’un ministère à l’autre qui ne font jamais de bilans de leurs actions. Enfin, Ils ressortent toujours le même discours stérile, « grâce au changement, nous préparons la relève pour la jeunesse, pour vos enfants ».

Et on se retrouve avec un « système » stérile, inerte et somnolent, entouré d’obligés et d’obligées. Le « système » invoquera ensuite la crise de ceci ou de cela, « l’ennemi », le carburant de beaucoup de campagne de communication, pour prôner un certain patriotisme économique.

A l’heure de la mondialisation, des réseaux sociaux, la maîtrise du temps est le principal défi de nos/vos leaders, qui doivent en permanence gagner du temps, pour ne pas être confrontés à leurs promesses non tenus!

Pourquoi les croyons-nous?

Rien de cela n’est nouveau!

Relisez « Le Prince de Machiavel » écrit vers 1450!

Ces variations naissent premièrement d’une difficulté naturelle: à savoir que les hommes changent volontiers de maitre, pensant améliorer leurs sorts, et cette croyance leur fait prendre les armes contre leurs princes; ce en quoi ils se trompent, car ils s’aperçoivent ensuite, par expérience, qu’ils s’en trouvent plus mal.

Conclusion

Nous avons tous, je crois, une responsabilité: les éditorialistes en attisant les conflits de personnes afin de faire du « buzz » comme on dit aujourd’hui, en utilisant des phrases quelquefois un peu sorties de leurs contextes, pour faire éclore de l’animosité, les politiques car le parti opposé sert de carburant pour les militants, enfin un tout petit nombre d’entreprises qui ont besoin de situations conflictuelles pour leurs activités de consultant et ou de fournitures.

En quelques mots, nous devrions sans cesse rappeler à tous et à toutes, le proverbe: « Aide toi, le ciel t’aidera »!

Check Also

Cout des faibles taux d’intérêts

Cout des faibles taux d’intérêts C’’est l’Allemagne avec ses 600.00O employés bancaires qui a été ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *